Méandres

a54ca03b

Toujours, à minuit, mille légions de chimères

Éparpillent ses baisers au vent de l'ennui,

Des "je t'aime" éculés aux saveurs douces-amères

Qu'il me plaît d'écouter pour rester avec Lui

 

Ces faveurs consenties pour calmer ma tristesse

Ont le charme des paradis artificiels,

Ces feux éphémères que procure l'ivresse

Où je crois voir un monde rempli d'arcs-en-ciel

 

Mais nos paroles s'épuisent ; le Temps se lasse

D'espérer en vain de sincères affections

Et seul un vide subsiste quand l'amour passe

Pour ne laisser au cœur que : pleurs et privations

 

Ainsi serpentent nos âmes célibataires,

Éternels méandres sans joie ni avenir

Dans les jeux pervers et les plaisirs solitaires

Qui nous consument de n'en pas vouloir finir !

 

amour-virtuel-2

barre-doree