11 août 2015

Dissolution

Dissolution

boules-dorees

Je ne distingue dans ces jours las

Que l'hiver se prétendant l'été

Et qui repousse très loin en bas

Ce qu'il nous reste de ciel bleuté

 

Et le ciel à présent délité

- Reflet de notre monde d'en bas -

Dissout, par de longues pluies d'été,

Les plaies ouvertes de nos cœurs las.

 

femme-sous-la-pluie

barre-doree

Posté par grainedeciel à 20:36 - - Commentaires [16] - Permalien [#]


30 mars 2015

Méandres

Méandres

a54ca03b

Toujours, à minuit, mille légions de chimères

Éparpillent ses baisers au vent de l'ennui,

Des "je t'aime" éculés aux saveurs douces-amères

Qu'il me plaît d'écouter pour rester avec Lui

 

Ces faveurs consenties pour calmer ma tristesse

Ont le charme des paradis artificiels,

Ces feux éphémères que procure l'ivresse

Où je crois voir un monde rempli d'arcs-en-ciel

 

Mais nos paroles s'épuisent ; le Temps se lasse

D'espérer en vain de sincères affections

Et seul un vide subsiste quand l'amour passe

Pour ne laisser au cœur que : pleurs et privations

 

Ainsi serpentent nos âmes célibataires,

Éternels méandres sans joie ni avenir

Dans les jeux pervers et les plaisirs solitaires

Qui nous consument de n'en pas vouloir finir !

 

amour-virtuel-2

barre-doree

 

Posté par grainedeciel à 22:58 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

10 mars 2013

Confession

Confession

fleuilles-glands-rouge

Je me souviens de ce soir-là - un soir d'hiver,

Et de ce ciel triste et blanc où ma nature morte

A voulu s'élever - lorsque tu as ouvert la porte,

Pour disparaître à jamais de la surface de la Terre.

 

Parce que l'on se perdait un peu plus chaque jour,

Tu as laissé le vent emporter nos âmes jumelles

Et brisé les chaînes qui emprisonnaient tes ailes

Avant que je ne les retienne pour toujours.

 

Je ressens ta présence dans le monde qui palpite,

Comme en moi que toi seul a su rendre docile

Lorsque je reniais à loisir mon existence futile :

Une sphère où, désormais, plus rien ne s'agite.

 

Je vis des heures paisibles, avec au fond du cœur

L'Amour qui me protège et qui porte ton nom

Au-delà de ma vanité et de tout espoir de renom,

Puisqu'avec toi, j'ai frôlé l'incarnation du bonheur.

 

Perpétuellement, la Lune capte la lumière du Soleil,

Une lueur captive que je devine dans tes yeux :

L'éternel reflet de tes fantasmes voluptueux

Sous les traits d'une muse à la beauté sans pareil.

 

Abandonne-moi si tu veux, aux affres de l'envie !

Je survivrai peut-être à l'âpreté de ce châtiment ;

Et si je sors de l'oubli pour un instant seulement,

J'oserai te le dire enfin : tu manques à ma vie.

 

coeur-emprisonne

barre-doree

Posté par grainedeciel à 11:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

25 février 2013

La nuit, dans les catacombes

La nuit, dans les catacombes

feuilles_rouges

Je vais seule la nuit, dans les catacombes,

Mon cœur plus froid que le marbre des tombes,

Avec l'œil du Diable pour unique flambeau

Et hantée par le cri lugubre d'un corbeau.

 

Je laisse aux autres la poussière des rues,

(Les amoncellements d'espérances déçues)

Quand je m'isole dans ces abîmes profonds

Qui souffrent le déluge de pleurs inféconds.

 

Je fais mien le dédale humide de ce domaine

Où ne pénètre plus aucune âme humaine

Car le Soleil qui brillait pour moi en surface

Détourne de ma mémoire sa chaleur et sa face.

 

Mes fantômes se muent en oiseaux de malheur

Dans l'ombre et le silence de ma douleur ;

C'est ici-bas qu'ils font de moi leur Reine

Puisque l'Autre m'oublie en attisant ma peine.

 

Si j'ai usé son luxe dans les rouages de ma folie

J'en bois maintenant la coupe jusqu'à la lie ;

Depuis qu'avec orgueil il s'invite dans mes songes,

Son mépris a eu raison de mes mensonges.

 

Longtemps, j'ai cru nos âmes inséparables,

Cachant les clés qui nous rendraient introuvables ;

Car lui, je l'ai aimé ! - Mais cet amour donné

Se disperse lentement dans l'air empoisonné.

 

J'attends de lui un pardon qui ne vient pas

Tant il a fait de mon cœur un sinistre repas,

Jetant mon sang au hasard d'un vent contraire

Et mon souvenir au fin fond d'une terre polaire.

 

Invariablement, les nuits succèdent aux jours

Loin du Monde qui me blesse encore et toujours !

C'est là que je cherche dans cet espace clos

Le secret du bonheur avant l'éternel repos.

 

coeur-blesse

barre-doree

Posté par grainedeciel à 16:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 décembre 2012

Hiver éternel

Hiver éternel

fleurs-argent

L'hiver allonge ses heures paisibles

Dans les abysses tourmentés du monde,

Où règne un Dieu ténébreux qui féconde

Des créatures visibles et invisibles.

 

J'erre parmi les corps de cette multitude

Et je songe, dans ma contemplation

A ce don précieux offert en consolation

Aux survivants accablés de lassitude.

 

Ces visions de nuées fantasmagoriques

Rappellent mes fièvres hallucinogènes

Quand jadis, je portais dans mes gènes

La longue hérédité de colères homériques.

 

Et je sens le retour d'un funeste présage :

Perle noire troublant mon désir de sagesse,

Comme souffle le vent d'une éternelle jeunesse

Dans la blanche immensité du paysage.

 

Mais si je reçois du Ciel un doux réconfort

Pour soulager les failles de mon cœur,

Je suivrai cette route qui mène au bonheur

Semblable à la paix infinie de la Mort.

 

cimetiere-neige2

barre-doree

Posté par grainedeciel à 12:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


10 novembre 2012

Partir et laisser vivre

Partir et laisser vivre

barre_bleu_vert

Ô Miroir ! Cruel Miroir aux alouettes !

Quand cesseras-tu de me retenir ?

Je voudrais partir et ne jamais revenir,

Portée par le vent, comme les mouettes.

 

Car là-haut, je crois voir un cœur étoilé

Qui m'embrase sous l'éclat du Soleil,

M'attirant, me tirant du sommeil

Pour le suivre dans son refuge inviolé.

 

Sa solitude comme la mienne, insondable,

S'abîme dans les frissons de novembre

Et rêve, aux derniers jours de décembre

Le vrai retour d'un bonheur immuable.

 

Oserai-je défier les océans et les mers

Braver les sables d'une terre inconnue,

Poudres fines glissant sur ma peau nue ?

Ou rester pleurer sur des leurres amers !

 

S'il faut endurer une vie mensongère

Avant que l'ombre ne fonde sur nous,

Peu importe mon sort et ses remous :

Je le quitte lui et cette Terre étrangère !

 

plage-mouettes

barre-doree

Posté par grainedeciel à 12:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 septembre 2012

Esquisse

Esquisse

barre-argent

Peux-tu voir, dans cette lueur faible et triste,

Une frêle esquisse, qu'un clair-obscur attriste ?

 

Son profil, à peine entrevu, aux lignes éthérées

Retient ses larmes sous ses paupières ambrées.

 

La Lune, obscurcie, ne dévoile aucune ombre

Quand paraît sa silhouette nue et glacée ;

Frôlant les murs d'un asile humide et sombre,

Elle se dérobe aux yeux dans la pénombre

Sans museler les cris de son âme effacée.

 

Lui faudra-t-il accepter un complice imparfait

Et abandonner l'idéal d'un Amour parfait ?

 

Si tu oses approcher cette étrange créature,

Elle vivra pour toujours dans ta mémoire future.

 

nue-assoupie2

barre-doree

Posté par grainedeciel à 21:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 août 2012

Le châtiment des trépassés

Le châtiment des trépassés

barre-or

Voici qu'à ma porte, elle vient :

L'heure du repentir et des soupirs ;

Insidieusement, l'ombre revient

Anéantir mes rêves et mes désirs.

 

Je m'attarde à regarder la mer

Submerger mon promontoire ;

Son écume a le goût de l'amer,

Son reflux est un supplice expiatoire.

 

Et l'heure sonne l'au-delà éternel

D'une existence au repos illusoire ;

Je pars avec un vœu solennel :

Libérer mon âme au Purgatoire.

 

Alors, je prends cette route sans fin

Qui mène au Paradis ou à l'Enfer ;

Tu es loin de moi, mais j'expie enfin

Mes fautes d'un châtiment très cher.

 

Les Démons sont là pour me punir,

Traînant avec eux de vils corbeaux ;

Et s'ils rapportent ton souvenir,

J'y nouerai ma chair en lambeaux !

 

ange-triste2

barre-doree

Posté par grainedeciel à 15:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 août 2012

En retard pour l'amour...

En retard pour l'amour...

arabesques-or

Mais voila dans mon pauvre corps abandonné, ce qui fut :

Des relents d’amour perdu se diffusent dans mes veines

Au sang froid, d’une perfusion électrique et glaciale, nue,

Sans âme, distillant un poison mortel qui coule sans peine.

 

Tu peux oublier le passé, le présent, nier le futur,

Contredire tes sens et ta parole, t’immoler au feu

D’une passion qui se meurt ; te protéger d’une armure,

Afin que rien n’entrave jamais tes projets, tes vœux.

 

Car je suis avec toi, opérant cette funeste décision,

Qui me coûte plus qu’à toi ; douloureuse mais nécessaire

Dissection irrévocable, provoquant cette lésion

Du cœur, de l’âme et s’infiltrant jusque dans nos chairs.

 

Si j’avais su m’éviter cet amour, irréel et sans espoir,

J’aurais moins souffert de cette mutilation infernale

Effaçant les souvenirs, troublant la mémoire ;

Et sans l'empêcher, tu en as initié l’issue fatale.

 

Tu peux croire en cette malédiction triste et inéluctable

Qu’à l’horloge de nos vies, il y aura toujours ce retard.

Comme toi je me terre dans une tour d’ivoire inébranlable

Où tout se fane, se perd, dans un funeste jour blafard.

 

Voici que tu te retrouves dans un gracieux abandon

Sublimant ton existence, rêvant tes folles espérances ;

Tu as resserré ton espace avec moi en toile de fond

Dont  tu ressentiras pour toujours de l'attirance.

 

femme-triste2

barre-doree

Posté par grainedeciel à 20:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 juillet 2012

Mon cœur est un désert

Mon cœur est un désert

arabesques-or

 Mon cœur est un désert de rocs et de glaces :

L'Amour pur s'évapore sur cette surface aride

En un long et mortel ennui que rien ne déride,

Ni les tendres pensées, ni les baisers fugaces.

 

Ces jours crus en accentuent les craquelures

Par un ardent Soleil qui, tel un soupirant loyal,

Irradie fièrement mon être de son éclat royal

Hélas ! Sans m'épargner d'intenses brûlures.

 

Mon cœur est un pays déserté par les hommes :

Les nuits sans lune voilent la troublante cruauté

De ses remparts figés, et une mystérieuse beau

Y survit avec l'unique espoir d'éternels sommes.

 

Dans ma vie usée de n'avoir pas vécu, je touche

En esprit celui qui dissout ma folie et je poursuis

L'ultime envie qu'il me prenne comme je suis :

L'exotisme d'une Terre inconquise et farouche.

 

coeur-brise2

 barre-doree

Posté par grainedeciel à 12:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]