03 décembre 2014

Tout de blanc vêtu

Tout de blanc vêtu

barre-flocons

La lune, à l'aube, ôte son habit virginal

Puis, sans mourir encore, son ombre décline

Quand, peu à peu, sur la vaste plaine argentine

Éclate allègrement le soleil hivernal

 

 Louant le ciel et sa pureté de cristal,

Une pie au plumage noir que l'on devine,

Offre au monde ébloui sa fraîche voix mutine

Pour célébrer l'angélus d'un chant amical

 

Cette angélique mélodie, au loin, résonne

Tel un chœur d'église qui, chaque jour, entonne

Une litanie emplissant l'espace clair

 

 Et ce décor ouaté, que la neige embrasse,

Évoque un Paradis blanc qui flotte dans l'air ;

Secrètement, on dirait un ange qui passe.

Monet - La pie-2

barre-arabesques-bleues

Posté par grainedeciel à 16:37 - - Commentaires [6] - Permalien [#]