Le parfum des roses

roses-roses

 Quand la lune s'arrondit et me soumet à sa beauté

Je vois tes rivages à la clarté de sa rondeur divine ;

Et, lorsque sur ta peau nacrée la lumière s'incline

Tu resplendis et me conquiers par ta souveraineté.

 

Ton corps nu retient la tiédeur de ce glorieux été

Attirant avec malice la ferveur d'une langue mutine ;

Ce qui se révèle a la rareté d'une fleur sans épine :

Nos douces caresses ancrées sur l'astre argenté.

 

Alors cette fleur, s'ouvrant pour toi en royale corole,

Reçoit ton baiser en son cœur carminé, et son auréole

Comme une rose, se mue en un tendre bouton satiné.

 

Tout cela m'évoque la paresse d'anciennes colonies,

Des voyages mystérieux auprès d'un amant obstiné

Voguant sur des mers inviolées, aux richesses infinies.

 

couple-enlace2

barres-coeurs